La PDN (pêche de nuit) ça rapporte !

Les apparences peuvent être trompeuses.La généralisation de la pêche de nuit, alias PDN, est toujours d'actualité. Elle est même une véritable piste pour dynamiser la pêche associative et doper des effectifs en chute !

La généralisation de la pêche de nuit de la carpe n'est-elle vraiment plus d'actualité? Est-il donc totalement révolu le temps où les carpistes signaient des deux mains un plaidoyer pour la pêche de nuit affichant un total de 6 000 signatures? Où l'ancien président de l'Union nationale pour la pêche en France décédé l'hiver dernier, Camille Solelhac,signait un protocole pour la généralisation de la pêche de nuit, protocole qui n'allait néanmoins pas être validé par son conseil d'administration? Des années où le militantisme carpiste faisait écho aux de Philippe Lagabbe,Mickaël Le Poursot ... Echo au sigle Camou, comme carpiste en mouvement et comme camouflage aussi, la tenue qu'il faut pour ne pas être vu...

PÊCHE DE NUIT, DESIR DE LIBERTE

Certes, comme on le dit dans les allées de la fédérations de la pêche de la carpe associative, les revendications d'alors étaient en partie liées à la personnalité de Philippe Lagabbe. Et les doléances émanant aujourd'hui du Groupement nationale carpe de Fernand de Castro, instanse représentative de la pêche de la carpe, ciblent plus particulièrement la pêche de nuit en fleuve, même si le rêves de généralisation n'est pas mort au sein du GN. Mais il y a quelque chose qui reste entièrement d'actualité, et qui parle aux tripes de tous les carpistes quand on parle de pêche de nuit, c'est le désir de liberté et d'harmonie avec la nature. Cette notion de liberté, un militant, carpiste "historique", la représent très bien : Mickaël Le Poursot.

MICHAEL LE POURSOT, MEMOIRE DE LA PËCHE DE NUIT

Mickaël Le Poursot vit dans les Cotes d'Amor, où il a créé un BP JEPS pêche de loisir au CFPPA (Centre de formation professionnelle pour adultes) de Caulnes. Un jour d'Avril, nous le retrouvons le soir au grand étang de Bétineuc, non loin du site où il a donné ses cours pendant la journée. Le pêcheur est impréssionnant par sa sérénité, son organisation, son calme. Pour passer une nuit ici, pas de biwy et de matos de camping, juste un duvet, un bed chair et un parapluie : "pour la rosée du matin."Et en pêchant simplement avec deux cannes :"Ca suffit largement"Les montages sont placés au centimètre, l'un à coté de l'autre, sur un coup choisi après une méticuleuse observation. Après, en fait, s'être mis en harmonie avec son environnement d'une nuit."Faire un petit point sur la pêche de nuit?"Tiens donc, l'idée avait également éffleuré l'esprit de Michaël. C'est vrai que depuis l'échec de la généralisation de la pêche de nuit( bientôt 10 ans déjà!), si on remarque des reculs par endroits, on constate également des progrès. Pour les voir, il ne faut pas regarder au niveau nationnal mais au niveau départemental.

GENERALISATION DANS LES COTES-D'ARMOR : MOINS DE RISQUES DE PROBLEMES

Fer de lance de la généralisation de la pêche de nuit : les Cotes-d'Armor justement, là où vit Mickaël Le Poursot (il ne faut y voir aucun hasard) et là où se trouve également Maurice Lebranchu, lui-même carpiste "historique", ayant participé au lancement du concept des enduros à Jugon-les-Lacs. Investi dans la milieu associatif, Maurice Labranchu est aujourd'hui président de la fédération départementale. Ça facilite les choses, il est vrai. C'était il y a trois ans que Maurice Lebranchu réussissait à généraliser la pêche de nuit dans son département. Avec trois ans de recul, le bilan est, pour lui, très clair : "globalement, la pêche de nuit ne pose pas de problèmes. Sa généralisation a même tendance à réduire les risques potentiels de problèmes étant entendu que les pêcheurs de carpes sont diffus dans la nature et non plus rassemblés sur quelques sites. Il y a donc moins de risques de problèmes de cohabitation", explique-t-il.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site